© La Voix Des Animaux 2017-2024

 

La Voix Des Animaux

 

1 2 3

Loup, y es-tu ?

30/03/2024

Loup, y es-tu ?

 

À l'heure où la Commission européenne envisage de modifier le statut du loup en baissant son niveau de protection, plusieurs ONG françaises tentent d'alerter les décideurs politiques de notre pays sur la vulnérabilité de ce canidé. Ce changement de statut pourrait être une porte ouverte pour appliquer le même dispositif aux autres grands prédateurs européens que sont le lynx et l'ours. 

 

Effrayant, sanguinaire, mangeur d'enfants et de bétails, le loup ne jouit pas d'une très bonne réputation. Pour autant, est-elle justifiée ? Notre rapport au loup a-t-il évolué dans le temps ?

 

Une mauvaise image qui lui colle à la peau

 

Dans notre culture occidentale, le loup est rarement représenté de manière élogieuse, notamment dans la littérature. Dès notre plus tendre enfance, nous sommes bercés par certaines histoires : « Les trois petits cochons », « Le petit chaperon rouge » ou encore « Pierre et le loup ». N'avez-vous jamais chanté « Promenons-nous dans les bois » lorsque vous étiez enfant ? Dans ces exemples, le canidé y apparaît en prédateur redoutable, près à tout pour dévorer sa proie.

 

Mais que dit l'Histoire ? Le loup y est présent dès la Préhistoire. Les spécimens les moins agressifs envers l'humain ont été progressivement domestiqués. Protégeant le campement des hommes préhistoriques et les aidant lors de la chasse, le loup avait une place importante dans la vie des Hommes. Dès l'Antiquité, plusieurs légendes apparaissent, notamment celle du loup-garou. Des écrits racontent que certains humains se transforment en loup-garou les soirs de pleine lune. Mi-homme mi-loup, cette créature s'attaque aux humains, et plus particulièrement aux enfants. Légende cette fois-ci flatteuse pour le canidé, la création de Rome aurait débuté grâce à l'allaitement des jumeaux Romulus et de Rémus par une louve. 

 

Néanmoins, notre relation vis-à-vis de cet animal change radicalement au Moyen-Age. À cette époque, de nombreuses victimes humaines sont répertoriées. Il s'agissait, bien souvent, d'enfants, seuls et dans un état de santé très fragile, gardant les troupeaux d'animaux non loin de lieux où résidaient des meutes de loups. Cette période de l'Histoire est notamment marquée par l'affaire de la bête de Gévaudan. La place grandissante du christianisme en a rajouté une couche. Le loup devient l'incarnation du diable. Une attaque de loup était considérée comme une offense envers la hiérarchie établie par Dieu : l'homme est au-dessus de tous les autres animaux. Le Moyen-Age est ainsi marqué par une volonté d'exterminer le loup.  

 

Une cohabitation conflictuelle dans certains territoires

 

Qu'en est-il aujourd'hui ? Plusieurs siècles plus tard, la cohabitation est toujours compliquée. Les attaques envers les humains sont devenues très rares, mais celles sur les élevages perdurent, notamment dans le sud-ouest de la France. Cela engendre des tensions entre les personnes exerçant une activité pastorale et les associations de protection de la biodiversité. Des mesures, non létales et non violentes, existent pour limiter les attaques et sont, malheureusement, trop peu mises en place : clôtures électrifiées, protection canine, etc.

 

Bien que considérée comme une espèce strictement protégée par la convention de Berne de 1990, le loup est classé dans la liste rouge de l'IUCN comme étant « vulnérable » sur notre territoire métropolitain. Considéré comme ayant totalement disparue en 1937, il montre de nouveau le bout de sa truffe en 1992 dans les Alpes. Sa population reste fragile puisque les autorités dénombrent en 2023 1 104 individus. Pour l'association FERUS, il faudrait une population d'au moins 2 500 à 5 000 loups, dont au moins 500 adultes reproducteurs, pour que sa population soit viable sur notre territoire. Ce n'est malheureusement pas ce que prévoit le Plan loup 2024-2029.  

 

Pour certaines personnes, les loups sont encore beaucoup trop nombreux. Pourtant, qui sommes-nous, du haut de nos 8 milliards d'humains, pour dire qu'une espèce prend trop de place ? Face à l'urbanisation massive et l'écroulement de la biodiversité qui en découle, la place pour la faune sauvage se réduit comme une peau de chagrin. Il est nécessaire que l'Homme cohabite avec le loup, ainsi qu'avec les autres grands prédateurs. Nous ne pouvons pas nous placer éternellement au-dessus de tout.  

 

Envie d'aller plus loin ?

 

La pétition à signer sur le site de la LPO

Le documentaire de Jean-Michel Bertrand - « Vivre avec les loups »

 

Par Caroline.C

Les bonnes nouvelles de l'année 2023

10/01/2024

Les bonnes nouvelles de l'année 2023

 

Le cerveau humain a tendance à se focaliser principalement sur les mauvaises nouvelles. L'année 2023 a été marquée par une actualité peu réjouissante : des phénomènes climatiques de plus en plus intenses partout dans le monde, une tension accrue sur le plan géopolitique, une inflation toujours aussi galopante. Le contenu proposé par les différents grands médias n'aide pas à voir la vie en rose. Regardez pendant quelques heures une chaîne d'informations en continue et vous risquez, si ce n'était pas déjà le cas avant, d'avoir le moral dans les chaussettes.  

 

Pour démarrer cette nouvelle année avec optimisme, La voix des animaux vous propose de faire une rétrospective des quelques bonnes nouvelles de l'année 2023. Car même si le chemin est encore (très) long, fêter les « petites » victoires ça n'a pas de prix !

 

Silence, réensauvagement en cours

 

Plusieurs espèces sauvages ont vu leur population augmenter. C'est le cas notamment du tigre et du rhinocéros. Ces deux espèces, bien que toujours menacées, bénéficient d'un programme de protection mis en place depuis plusieurs années afin de lutter contre le braconnage et de favoriser leur reproduction.

 

Oiseau extrêmement rare, plusieurs Takahé du Sud ont été réintroduits en Nouvelle-Zélande grâce à un programme de conservation. Cette espèce était considérée comme éteinte à la fin du XIXème siècle. L'arrivée des colons européens sur ces îles et la disparition de cette poule d'eau ne sont pas dues au hasard. Elle a en effet été victime de la chasse, de la déforestation et de l'introduction de nouvelles espèces tels que le chat et le rat.

 

D'autres espèces, quant à elles, ont refait surface sans aucune intervention d'Homo sapiens. Disparue depuis près de 90 ans, la Taupe dorée De Winton a pointé le bout de sa truffe à Port Nolloth, en Afrique du Sud.

 

Des avancées sur le plan juridique

 

En août dernier, le gouvernement français a retiré le Putois d'Europe de la liste des espèces susceptibles d'occasionner des dégâts (ESOD), anciennement nommés « nuisibles ». Les chasseurs n'ont ainsi plus le droit de chasser cette espèce toute l'année, mais doivent respecter certaines périodes. Il faut voir le verre à moitié plein... 

 

Le requin et la tortue marine sont désormais considérés comme des entités naturelles juridiques dans la province des îles Loyauté en Nouvelle-Calédonie. De ce fait, sur ce territoire, ces animaux n'ont plus le statut juridique d'objet mais sont des sujets de droit. Ils ne sont donc plus défendus pour leur intérêt écologique mais en tant qu'individus. 

 

Plusieurs victoires sur le banc des tribunaux sont à rappeler. En octobre, le juge des référés du tribunal administratif de Marseille a suspendu la chasse des Tétras-lyre et des Perdrix bartavelle dans les départements des Alpes de Haute-Provence et des Hautes Alpes. C'est également le cas pour le juge des référés du tribunal administratif de Grenoble pour la Savoie. Début décembre, le Conseil d'Etat a rejeté la requête de la Fédération nationale des chasseurs, demandant l'autorisation de la chasse du Grand tétras. 

 

Et dans nos assiettes ?

 

L'année 2023 a été un véritable succès pour le Veganuary. Par curiosité, par amour pour les animaux, pour la planète ou pour tout autre raison, plus de 700 000 personnes dans le monde ont tenté pendant un mois de manger végétalien. Le défi 2024 se déroule en ce moment même, n'hésitez pas à y participer. De nombreuses marques, telles que HappyVore ou Accro chez Monoprix par exemple, proposent des réductions sur leurs produits afin de les rendre plus accessibles.

 

Cette année a également été marquée par la croissance des alternatives végétariennes proposées dans les restaurants en France. Pays initialement très « traditionnel » dans sa gastronomie, il est désormais assez simple d'aller dans n'importe quel restaurant (ou presque) quand on est végétarien.  

 

Envie d'aller plus loin ?

 

Habituellement, chaque article se finit par des recommandations, notamment d'ouvrages ou de documentaires. Pour ce premier article 2024, notre conseil sera un peu différent, car le meilleur moyen de se servir de son anxiété ou de son sentiment d'impuissance de voir le monde partir en cacahuète, c'est l'action. Si vous avez le temps et l'énergie, investissez vous dans le monde associatif : aider dans un refuge ou dans un centre de soins pour faune sauvage, contacter votre député pour lui manifester votre mécontentement suite à son vote sur une loi qui va à l'encontre de vos valeurs, signer une pétition tout en en parlant autour de vous, organiser une fresque de la biodiversité, participer à des manifestations, etc. Il y a tellement de manières différentes de s'investir bénévolement pour les animaux.

 

Aussi, au printemps prochain, un événement politique très important se déroulera en Europe : les élections européennes. Très souvent boudée par les citoyens (51% de participation pour la France en 2019), cette élection est pourtant primordiale car pas de grandes avancées majeures sans décisions de l'Union européenne. Votez pour quelqu'un qui fera avancer les choses dans le bon sens !

 

Par Caroline.C

L'animal de compagnie, un cadeau comme un autre ?

03/12/2023

L'animal de compagnie, un cadeau comme un autre ?

 

Un 25 décembre au petit matin, un grand paquet cadeau en forme de boîte se trouve au pied du sapin. Une personne l'ouvre et y découvre avec un regard émerveillé un petit chiot. Il s'agit d'une scène que l'on voit parfois dans certains films de Noël ou même dans certains films d'animation connus de tous tels que « La Belle et le Clochard » de Walt Disney. Pourtant, à bien y réfléchir, cette scène devrait interpeler le téléspectateur et l'amener à la réflexion.

 

La chosification des êtres vivants

 

Les mots « offrir un animal » donnent l'impression que l'animal en question est un objet de consommation comme un autre. On peut offrir un livre, des places de concert ou un jeu de société à une personne, mais peut-on réellement offrir un être vivant comme cadeau ? La chosification des êtres vivants est une problématique intrinsèque au comportement humain, qui va même au-delà des animaux dit de compagnie tels que les animaux d'élevage ou sauvages et qui concerne aussi certains humains. Dès que l'argent entre en jeu, l'éthique est aux abonnés absents, tout comme l'empathie envers ces êtres vivants. Cela pose des questions éthiques, sociales voire raciales (ex : élevage intensif, zoo, prostitution, esclavagisme moderne, trafic d'organes, etc).

 

Un animal est un être vivant sensible avec des besoins propres. La personne devenant le nouveau propriétaire est-elle prête à en assumer les conséquences ? Faire entrer un animal dans sa vie doit être un choix mûrement réfléchi, car il s'agit d'un engagement sur du long terme, voire du très long terme pour certains d'entre eux. En effet, certains perroquets ou tortues peuvent vivre plus de soixante ans. En fonction de l'âge du futur propriétaire, les enfants de celui-ci deviendront eux-mêmes les futurs propriétaires de l'animal. Ce n'est pas donc pas un acte à prendre à la légère. Aussi, il est important d'avoir en tête que les jeunes enfants ne sont pas des propriétaires responsables. Ce n'est pas l'enfant qui s'occupera de l'animal, mais les parents.      

 

Un cadeau empoisonné pour l'animal

 

Face à un achat non réfléchi, les conséquences pour l'animal de compagnie peuvent être désastreuses. Les refuges notent un lien entre les « animaux cadeaux de Noël » et le pic d'abandons pendant l'été lorsque les familles partent en vacances. Cet agissement engendre un traumatisme chez les animaux. Aussi, certains propriétaires peuvent involontairement maltraiter leur animal en ne répondant pas aux besoins propres de celui-ci. L'animal peut ainsi développer des troubles du comportement, voire des problèmes physiques tels que la sous-nutrition. 

 

Bien que le gouvernement ait instauré un délai de réflexion de sept jours avant l'achat ou l'adoption d'un animal, celui-ci n'est pas suffisant, ne dissuade pas les abandons et n'est d'ailleurs pas toujours respecté (voir article LVDA « Les abandons ne sont pas aux abonnés absents »). Peut-on réellement avoir une réflexion suffisante en seulement une semaine ? Avant de passer à l'acte, il est primordial de se poser les bonnes questions : suis-je prêt à être responsable d'un autre être vivant pendant x années, ai-je le temps nécessaire à lui consacrer, mon lieu de vie lui assurera-t-il un bon cadre de vie, suis-je prêt à l'assumer financièrement (frais vétérinaires notamment), cet animal me correspond-il, etc ?  Evitez les jeunes animaux provenant d'élevage et tournez vous vers les refuges. Des milliers d'animaux attendent impatiemment de trouver un foyer pour la vie.

 

Envie d'aller plus loin ?

 

L'ouvrage de Catherine Kerbrat-Orecchioni - « Ce ne sont que des animaux », le spécisme en question

 

Par Caroline.C

Le cuir, un désastre éthique et écologique

25/10/2023

Le cuir, un désastre éthique et écologique

 

Le cuir est utilisé par les humains depuis très longtemps. En effet, dès la Préhistoire, la peau des animaux tués par la chasse était utilisée pour la fabrication de vêtements, de chaussures ou encore servait à la fabrication de tentes pour le logement. Plusieurs milliers d'années plus tard, l'utilisation de peaux d'origine animale est toujours présente dans nos vies, alors que celle-ci n'est plus nécessaire à notre survie.

 

Signe de luxe et d'élégance, le cuir est une matière utilisée dans la fabrication de nombreux objets du quotidien, notamment dans la mode à travers la maroquinerie et la chaussure. Pourtant, derrière la fabrication du cuir se cache de nombreux problèmes sociaux, éthiques et écologiques souvent méconnus du grand public. Savez-vous d'où vient le cuir vendu dans les magasins ? 

 

Des procédés de fabrication problématiques

 

Pour transformer une peau animale en cuir, il faut la tanner afin de rendre le matériau résistant dans le temps. Dans la très grande majorité des cas, le tannage consiste à plonger la peau dans un mélange d'eau et de chrome pendant plusieurs heures. Ce processus n'est pas sans conséquences. Ce type de tannage est pratiqué principalement dans des pays où les normes sociales et environnementales sont quasi inexistantes, tel que le Bangladesh ou la Chine. Les travailleurs ne portent pas de protections alors que le chrome est un minéral très irritant pour la peau et les poumons, et est classé cancérogène certain. Aussi, l'eau utilisée par les tanneries n'est pas traitée par les usines et est directement rejetée dans la nature, polluant gravement les nappes phréatiques aux abords et impactant, de ce fait, la santé des populations avoisinantes et des autres êtres vivants. D'après l'ONG Pure Earth, le tannage fait partie des dix industries les plus polluantes au monde. 

 

La production de cuir engendre également un autre problème éthique : la maltraitance des animaux. D'après l'association PETA, plus d'un milliard d'animaux sont tués pour l'industrie du cuir chaque année. Une partie de ces animaux sont issus de l'industrie de la viande, tandis que d'autres sont élevés exclusivement pour leurs peaux. Récemment, en octobre 2023, l'influenceur Jeremstar a dénoncé l'élevage des animaux exotiques, tels que les crocodiles et les serpents, pour la fabrication de sacs à mains de luxe au défilé Louis Vuitton lors de la dernière Fashion Week de Paris. Espérons que cela éveillera un début de conscience au sein du groupe LVMH et auprès des consommateurs. Aussi, fait beaucoup moins connu, certains objets en cuir viennent d'animaux domestiques venant de Chine. Plus de deux millions de chiens et chats seraient tués dans ce pays pour leurs peaux. Qu'ils soient qualifiés de « domestique », « d'élevage » ou « d'exotique », rien ne justifie la souffrance engendrée par ces animaux.

 

Vous avez des objets en cuir chez vous et vous souhaitez savoir où a été fait le tannage et d'où vient la peau des animaux ? Bon courage ! La réglementation n'impose pas d'indiquer ces mentions. Les entreprises ne s'en plaignent pas, bien au contraire. Toutefois, des alternatives plus écologiques et respectueuses des animaux existent.

 

Cuir végétal, cuir végan, quelles différences ?

 

Le terme « cuir végétal » peut porter à confusion. Pour être plus précis, il ne fait pas référence à la matière principale (peau animale) mais au tannage. Dans ce cas, le chrome n'est pas utilisé. Il est remplacé par des matières végétales, tels que les feuilles d'arbres par exemple. Ce procédé est plus respectueux de l'environnement mais n'est pas une solution à l'utilisation inutile d'animaux.

 

Le « cuir végan », appelé également simili-cuir, ne comporte aucune matières d'origine animale dans son processus de fabrication. Ce matériau est composé de fibres synthétiques issus de la pétrochimie et, parfois, de résidus végétaux provenant du secteur agroalimentaire. « Cuir végan » ne rime donc pas toujours pas 100% écologique. Pour choisir des chaussures les plus respectueuses de l'environnement, choisissez une paire dont le pourcentage de fibres synthétiques est faible dans la composition du produit et privilégiez les matières végétales locales (la pomme par exemple) en vérifiant sa provenance sur le site du vendeur (à condition que celui-ci soit transparent). Et bien évidemment, achetez uniquement si vous en avez besoin et non uniquement envie.

 

Envie d'aller plus loin ?

 

Le podcast LVDA#53 « L'éthique jusqu'au bout des pieds » avec Carole et Lionel, Supergreen

Le reportage : les forçats de la mode - Les ravages de la mondialisation

 

Par Caroline.C

Le pigeon domestique, un animal ancré dans nos vies

25/09/2023

Le pigeon domestique, un animal ancré dans nos vies

 

Si vous avez le malheur de dire à votre entourage que vous aimez les pigeons, vous avez de grandes « chances » d'être considéré comme un illuminé. En effet, cet animal a une réputation assez négative : il est soi-disant sale, porteur de maladies, stupide, etc. Patrick Deville a même écrit dans son ouvrage « Peste & Choléra » que « le pigeon est un peu le rat du ciel auquel on aurait greffé des ailes avant de le peindre en gris ». Peu de chance que cela soit un compliment.

 

Animal bien souvent mal aimé, le pigeon fait pourtant partie de nos vies depuis des milliers d'années. Mais qui est-il au juste ?

 

Retour à la vie sauvage

 

En France, il existe trois espèces de pigeons : le ramier (principalement présent dans les campagnes, imposant par sa taille et reconnaissable à son collier blanc sur l'arrière de sa nuque), le colombin (de petite taille avec un regard sombre) et le biset. Ce dernier, très présent dans les zones urbaines, peut avoir une grande variété de couleurs de plumages : gris, blanc ou roux. Actuellement, à l'exception de la Corse, il n'en existe plus à l'état sauvage dans notre pays. Le Pigeon biset que nous rencontrons en métropole, aussi appelé Pigeon biset féral, vient d'oiseaux anciennement domestiqués qui sont retournés à la vie sauvage.  

 

Le saviez-vous ? Symbolisant la paix et très présent dans les différentes religions , la colombe n'est pas une espèce à part entière, puisqu'il s'agit soit d'un Pigeon biset blanc, soit d'une Tourterelle blanche. Il s'agit d'individus leucistiques ou albinos.

 

Un oiseau aux rôles multiples

 

La domestication du Pigeon biset a commencé il y a 5 000 ans dès l'Antiquité en Égypte antique. A cette époque, il était initialement élevé pour sa chair et ses œufs. Au fil des siècles, la construction de grands pigeonniers s'est développée dans le monde entier, notamment près des zones agricoles où leurs fientes étaient utilisées pour servir d'engrais car riches en azote et en acide phosphorique. De nos jours, en France, il est très rare de consommer de la viande ou des œufs de cet oiseau. Aussi, du côté des champs, l'utilisation des pigeonniers est désormais très rare et délaissée au profit des produits phytosanitaires.

 

Le Pigeon biset a eu aussi le rôle de messager grâce à sa « boussole interne » : le fameux pigeon voyageur, et ce, là aussi dès l'Antiquité. A titre d'exemple, en Grèce antique, les résultats des Jeux Olympiques étaient communiqués à l'aide de pigeons voyageurs. Ces oiseaux ont également joué un rôle sur la scène militaire. Au cours de la Première Guerre mondiale, plusieurs dizaines de milliers de pigeons ont été mobilisés par l'armée française, notamment pour faire face aux ruptures de communication téléphonique. Un pigeon nommé « Vaillant » a même été décoré suite à son rôle pendant la bataille de Verdun. Bien que l'armée française possède toujours un pigeonnier au Mont Valérien au sein du Musée de la colombophilie militaire à Suresnes (Île-de-France), les pigeons sont désormais très peu utilisés dans l'armée. Aujourd'hui, la plupart des élevages de Pigeons bisets sont gérés par les colombophiles, grands amoureux de courses de pigeons voyageurs.

 

Une réputation injustifiée

 

Être qualifié de « pigeon » par un autre humain n'est pas un compliment, alors qu'il s'agit d'un oiseau d'une grande intelligence. Une étude allemande de 2017 indique que les pigeons ont une densité neuronale six fois plus importante que les humains et peuvent ainsi passer d'une tâche à une autre plus rapidement que nous. 

 

Bien que cet oiseau soit une espèce résiliente, notre mode de vie impacte négativement l'état de santé de ces pigeons. Si vous vivez en ville, vous avez forcément rencontré des spécimens dont les doigts sont boursouflés, voire amputés. Les pigeons se prennent les doigts dans des cheveux ou des fils lorsqu'ils marchent dans la rue ou lorsqu'ils fouillent les poubelles pour se nourrir. Aussi, initialement granivores, ils sont devenus omnivores au fil du temps. En effet, il est assez difficile de trouver des graines dans un paysage envahi par la bétonisation massive. Aussi, le surnombre de pigeons dans certains endroits, provoqué par le nourrissage de ces oiseaux par les humains, peut engendrer la propagation de maladies et de parasites au sein de leur population. Si vous rencontrez un pigeon mal-en-point, n'hésitez pas à contacter le centre de soins pour faune sauvage le plus proche de chez vous.

 

Envie d'aller plus loin ?

 

L'ouvrage de Marie-Hélène Goix et Didier Lapostre – Des pigeons dans la ville, secrets d'une relation millénaire entre deux bipèdes

Le musée de la colombophilie militaire, Suresnes (92)

Le podcast de Brèves de nature sauvage « Le pigeon biset »

 

Par Caroline.C

Les abandons ne sont pas aux abonnés absents

10/08/2023

Les abandons ne sont pas aux abonnés absents

 

Bien que l'année 2023 ne soit pas terminée, Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA (Société Protectrice des Animaux) indiquait en avril dernier au micro de RTL un nombre croissant d'abandons dans les différents refuges de l'association par rapport à l'année dernière à la même période. Chaque année, un nouveau record est tristement battu. Paradoxalement, la question de la condition animale dans notre société n'a jamais été aussi présente. En effet, d'après un sondage IFOP pour le site internet Woopets en 2021, 96% des Français sondés sont pour l'interdiction de la détention d'un animal en cas de condamnation pour maltraitance.

 

Des abandons qui ne ralentissent pas sur fond de crises sanitaires et économiques

 

De nombreux médias indiquent que la France est le pays d'Europe où il y a le plus d'abandons d'animaux. Il n'est pas possible de vérifier cette affirmation puisqu'il n'existe pas de statistiques officielles tenues par un organisme centralisant les données des différentes associations et structures concernées. Néanmoins, les estimations ne sont pas glorieuses. Environ 100 000 animaux domestiques seraient abandonnés chaque année dans notre pays, avec une accélération au cours de la période estivale. Les adoptions, quant à elles, ne vont pas dans le bon sens puisque, par exemple, la SPA note une baisse du nombre d'adoptions dans leurs refuges, saturés de plus en plus tôt chaque l'année.

 

Les raisons des abandons sont multiples : déménagement, départ en vacances, arrivée d'un enfant dans le foyer, surprise d'une portée (chez les chats notamment), etc. La pandémie et l'inflation sont également passées par là. En effet, les refuges ont constaté un « effet covid-19 ». Pendant la crise sanitaire, de nombreuses personnes ont adopté un animal de compagnie pour profiter des sorties autorisées pendant le confinement. Une fois le retour à la vie normale et du travail en présentiel, les refuges ont vu le nombre d'abandons considérablement augmenter. Encore plus récemment, du fait de l'inflation galopante, des personnes ont fait le choix de se séparer de leur animal de compagnie pour des raisons financières. 

 

Les actes ne suivent pas la législation mise en place

 

Abandonner son animal de compagnie est reconnu par le code pénal comme étant un acte de maltraitance et de cruauté. Suite à la loi du 30 novembre 2021 relative à la lutte contre la maltraitance animale, l'article 521-1 est modifié et indique que cet acte est puni par 3 ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende, au lieu de 2 ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende précédemment. Toutefois, entre la théorie et la pratique, il y a bien plus qu'un pas, car peu de procédures judiciaires conduisent à une condamnation et donc dissuadent peu les personnes de passer à l'acte. Aussi, cette loi a mis en place le certificat d'engagement et de connaissances des besoins spécifiques de l'espèce imposant un délai de réflexion de 7 jours. Ce document, obligatoire lors de l'adoption d'un animal, a vocation à éviter l'acquisition compulsive et ainsi l’abandon. La loi n'est pas toujours respectée. Ainsi, par exemple, l'association Once voice a constaté en février dernier au salon du chiot de Saint-Herblain que la loi n'était pas respectée puisque ledit document était signé sur place au moment de l'achat sans appliquer les 7 jours de délai légal. 

 

Très récemment, le 4 juillet dernier, le député Les Républicains de la 2ème circonscription d'Indre, Nicolas Forissier, a proposé une loi visant à faciliter la garde des animaux dans l'objectif de lutter contre les abandons pendant les périodes de vacances. Faire appel à un système de garde pour son animal étant un coût pour certains foyers, le représentant politique propose ainsi d'instaurer un crédit d'impôt. Celui-ci correspond à la moitié des dépenses de garde avec un montant plafond de 600 euros. Cette mesure fiscale vise à encourager la garde temporaire des animaux de compagnie si besoin est, et d'alléger les dépenses liées à celle-ci pour le foyer. La proposition de loi est renvoyée à la commission des affaires économique. Affaire à suivre.

 

L'adoption est un engagement sur le long terme et doit être mûrement réfléchi. Un animal n'est pas un bien de consommation que l'on jette quand bon nous semble. L'abandonner est un acte très traumatisant, pouvant avoir des séquelles sur la suite de sa vie (traumatismes, anxiété chronique, etc). Ces personnes aimeraient-elles qu'on les traite de la même manière ? 

 

Envie d'aller plus loin ?

 

Les podcasts LVDA#51 « Des fourrières de Serbie au confort d'un foyer aimant » avec Lydia, Nobody's dog

La bande dessinée de Jul et Achdé – Lucky Luke, l'arche de Rantanplan

Le dossier « Un été sans souci » (pages 16 à 26) dans le magazine 30 millions d'amis (numéro 420 juin 2023)

 

Par Caroline.C

La Voix Des Animaux