© La Voix Des Animaux 2017-2024

La Voix Des Animaux

   

   

Le cuir, un désastre éthique et écologique

24/10/2023

Le cuir, un désastre éthique et écologique

 

Le cuir est utilisé par les humains depuis très longtemps. En effet, dès la Préhistoire, la peau des animaux tués par la chasse était utilisée pour la fabrication de vêtements, de chaussures ou encore servait à la fabrication de tentes pour le logement. Plusieurs milliers d'années plus tard, l'utilisation de peaux d'origine animale est toujours présente dans nos vies, alors que celle-ci n'est plus nécessaire à notre survie.

 

Signe de luxe et d'élégance, le cuir est une matière utilisée dans la fabrication de nombreux objets du quotidien, notamment dans la mode à travers la maroquinerie et la chaussure. Pourtant, derrière la fabrication du cuir se cache de nombreux problèmes sociaux, éthiques et écologiques souvent méconnus du grand public. Savez-vous d'où vient le cuir vendu dans les magasins ? 

 

Des procédés de fabrication problématiques

 

Pour transformer une peau animale en cuir, il faut la tanner afin de rendre le matériau résistant dans le temps. Dans la très grande majorité des cas, le tannage consiste à plonger la peau dans un mélange d'eau et de chrome pendant plusieurs heures. Ce processus n'est pas sans conséquences. Ce type de tannage est pratiqué principalement dans des pays où les normes sociales et environnementales sont quasi inexistantes, tel que le Bangladesh ou la Chine. Les travailleurs ne portent pas de protections alors que le chrome est un minéral très irritant pour la peau et les poumons, et est classé cancérogène certain. Aussi, l'eau utilisée par les tanneries n'est pas traitée par les usines et est directement rejetée dans la nature, polluant gravement les nappes phréatiques aux abords et impactant, de ce fait, la santé des populations avoisinantes et des autres êtres vivants. D'après l'ONG Pure Earth, le tannage fait partie des dix industries les plus polluantes au monde. 

 

La production de cuir engendre également un autre problème éthique : la maltraitance des animaux. D'après l'association PETA, plus d'un milliard d'animaux sont tués pour l'industrie du cuir chaque année. Une partie de ces animaux sont issus de l'industrie de la viande, tandis que d'autres sont élevés exclusivement pour leurs peaux. Récemment, en octobre 2023, l'influenceur Jeremstar a dénoncé l'élevage des animaux exotiques, tels que les crocodiles et les serpents, pour la fabrication de sacs à mains de luxe au défilé Louis Vuitton lors de la dernière Fashion Week de Paris. Espérons que cela éveillera un début de conscience au sein du groupe LVMH et auprès des consommateurs. Aussi, fait beaucoup moins connu, certains objets en cuir viennent d'animaux domestiques venant de Chine. Plus de deux millions de chiens et chats seraient tués dans ce pays pour leurs peaux. Qu'ils soient qualifiés de « domestique », « d'élevage » ou « d'exotique », rien ne justifie la souffrance engendrée par ces animaux.

 

Vous avez des objets en cuir chez vous et vous souhaitez savoir où a été fait le tannage et d'où vient la peau des animaux ? Bon courage ! La réglementation n'impose pas d'indiquer ces mentions. Les entreprises ne s'en plaignent pas, bien au contraire. Toutefois, des alternatives plus écologiques et respectueuses des animaux existent.

 

Cuir végétal, cuir végan, quelles différences ?

 

Le terme « cuir végétal » peut porter à confusion. Pour être plus précis, il ne fait pas référence à la matière principale (peau animale) mais au tannage. Dans ce cas, le chrome n'est pas utilisé. Il est remplacé par des matières végétales, tels que les feuilles d'arbres par exemple. Ce procédé est plus respectueux de l'environnement mais n'est pas une solution à l'utilisation inutile d'animaux.

 

Le « cuir végan », appelé également simili-cuir, ne comporte aucune matières d'origine animale dans son processus de fabrication. Ce matériau est composé de fibres synthétiques issus de la pétrochimie et, parfois, de résidus végétaux provenant du secteur agroalimentaire. « Cuir végan » ne rime donc pas toujours pas 100% écologique. Pour choisir des chaussures les plus respectueuses de l'environnement, choisissez une paire dont le pourcentage de fibres synthétiques est faible dans la composition du produit et privilégiez les matières végétales locales (la pomme par exemple) en vérifiant sa provenance sur le site du vendeur (à condition que celui-ci soit transparent). Et bien évidemment, achetez uniquement si vous en avez besoin et non uniquement envie.

 

Envie d'aller plus loin ?

 

Le podcast LVDA#53 « L'éthique jusqu'au bout des pieds » avec Carole et Lionel, Supergreen

Le reportage : les forçats de la mode - Les ravages de la mondialisation

 

Par Caroline.C

La Voix Des Animaux