© La Voix Des Animaux 2017-2024

La Voix Des Animaux

   

   

Les bonnes nouvelles de l'année 2023

09/01/2024

Les bonnes nouvelles de l'année 2023

 

Le cerveau humain a tendance à se focaliser principalement sur les mauvaises nouvelles. L'année 2023 a été marquée par une actualité peu réjouissante : des phénomènes climatiques de plus en plus intenses partout dans le monde, une tension accrue sur le plan géopolitique, une inflation toujours aussi galopante. Le contenu proposé par les différents grands médias n'aide pas à voir la vie en rose. Regardez pendant quelques heures une chaîne d'informations en continue et vous risquez, si ce n'était pas déjà le cas avant, d'avoir le moral dans les chaussettes.  

 

Pour démarrer cette nouvelle année avec optimisme, La voix des animaux vous propose de faire une rétrospective des quelques bonnes nouvelles de l'année 2023. Car même si le chemin est encore (très) long, fêter les « petites » victoires ça n'a pas de prix !

 

Silence, réensauvagement en cours

 

Plusieurs espèces sauvages ont vu leur population augmenter. C'est le cas notamment du tigre et du rhinocéros. Ces deux espèces, bien que toujours menacées, bénéficient d'un programme de protection mis en place depuis plusieurs années afin de lutter contre le braconnage et de favoriser leur reproduction.

 

Oiseau extrêmement rare, plusieurs Takahé du Sud ont été réintroduits en Nouvelle-Zélande grâce à un programme de conservation. Cette espèce était considérée comme éteinte à la fin du XIXème siècle. L'arrivée des colons européens sur ces îles et la disparition de cette poule d'eau ne sont pas dues au hasard. Elle a en effet été victime de la chasse, de la déforestation et de l'introduction de nouvelles espèces tels que le chat et le rat.

 

D'autres espèces, quant à elles, ont refait surface sans aucune intervention d'Homo sapiens. Disparue depuis près de 90 ans, la Taupe dorée De Winton a pointé le bout de sa truffe à Port Nolloth, en Afrique du Sud.

 

Des avancées sur le plan juridique

 

En août dernier, le gouvernement français a retiré le Putois d'Europe de la liste des espèces susceptibles d'occasionner des dégâts (ESOD), anciennement nommés « nuisibles ». Les chasseurs n'ont ainsi plus le droit de chasser cette espèce toute l'année, mais doivent respecter certaines périodes. Il faut voir le verre à moitié plein... 

 

Le requin et la tortue marine sont désormais considérés comme des entités naturelles juridiques dans la province des îles Loyauté en Nouvelle-Calédonie. De ce fait, sur ce territoire, ces animaux n'ont plus le statut juridique d'objet mais sont des sujets de droit. Ils ne sont donc plus défendus pour leur intérêt écologique mais en tant qu'individus. 

 

Plusieurs victoires sur le banc des tribunaux sont à rappeler. En octobre, le juge des référés du tribunal administratif de Marseille a suspendu la chasse des Tétras-lyre et des Perdrix bartavelle dans les départements des Alpes de Haute-Provence et des Hautes Alpes. C'est également le cas pour le juge des référés du tribunal administratif de Grenoble pour la Savoie. Début décembre, le Conseil d'Etat a rejeté la requête de la Fédération nationale des chasseurs, demandant l'autorisation de la chasse du Grand tétras. 

 

Et dans nos assiettes ?

 

L'année 2023 a été un véritable succès pour le Veganuary. Par curiosité, par amour pour les animaux, pour la planète ou pour tout autre raison, plus de 700 000 personnes dans le monde ont tenté pendant un mois de manger végétalien. Le défi 2024 se déroule en ce moment même, n'hésitez pas à y participer. De nombreuses marques, telles que HappyVore ou Accro chez Monoprix par exemple, proposent des réductions sur leurs produits afin de les rendre plus accessibles.

 

Cette année a également été marquée par la croissance des alternatives végétariennes proposées dans les restaurants en France. Pays initialement très « traditionnel » dans sa gastronomie, il est désormais assez simple d'aller dans n'importe quel restaurant (ou presque) quand on est végétarien.  

 

Envie d'aller plus loin ?

 

Habituellement, chaque article se finit par des recommandations, notamment d'ouvrages ou de documentaires. Pour ce premier article 2024, notre conseil sera un peu différent, car le meilleur moyen de se servir de son anxiété ou de son sentiment d'impuissance de voir le monde partir en cacahuète, c'est l'action. Si vous avez le temps et l'énergie, investissez vous dans le monde associatif : aider dans un refuge ou dans un centre de soins pour faune sauvage, contacter votre député pour lui manifester votre mécontentement suite à son vote sur une loi qui va à l'encontre de vos valeurs, signer une pétition tout en en parlant autour de vous, organiser une fresque de la biodiversité, participer à des manifestations, etc. Il y a tellement de manières différentes de s'investir bénévolement pour les animaux.

 

Aussi, au printemps prochain, un événement politique très important se déroulera en Europe : les élections européennes. Très souvent boudée par les citoyens (51% de participation pour la France en 2019), cette élection est pourtant primordiale car pas de grandes avancées majeures sans décisions de l'Union européenne. Votez pour quelqu'un qui fera avancer les choses dans le bon sens !

 

Par Caroline.C

La Voix Des Animaux