© La Voix Des Animaux 2018-2021

La Voix Des Animaux

   

Les États-Unis, Thanksgiving et les dindes ; délit de dissonance cognitive aggravé ?

05/12/2020

Les États-Unis, Thanksgiving et les dindes ; délit de dissonance cognitive aggravé ?

Vous ne le savez peut-être pas, mais traditionnellement, chaque année aux États-Unis, le président se doit de gracier une dinde avant que les familles n’entament leur repas.
Bien que ce rituel paraisse plus qu’étonnant pour nous végans, que doit-on penser de ce comportement de la part de nos compères omnivores ? Est-ce encore une façon d’humilier les animaux ? De se rendre encore plus supérieur et tout puissant ? Ou bien est-ce la preuve flagrante d’une dissonance cognitive ? D’une part d’humanité qu’ils se doivent de mettre en scène et qui démontre que chaque omnivore possède une brèche à exploiter ?

 

Aux origines de la tradition

 

En 1620, lorsque les pères pèlerins arrivent sur le continent ils doivent faire face a plusieurs épreuves notamment la famine et la maladie qu’ils subissent de plein fouet. Ils rencontrent alors certaines tribus (les Wampanoags et les Patuxet) qui leur apprenant leur secret de chasse, de pêche et de la culture de leur terre.
Bien mal leur en aura pris par la suite, mais c’est cette bonté qui sauva ces conquérants qui décrétèrent alors 3 jours de fête pour remercier leurs hôtes.

 

La dinde est donc bien un animal originaire des États-Unis qui a été par la suite ramené en Europe (poule d’Inde).

Le premier président à officialiser la tradition de Thanksgiving est Abraham Lincoln et c’est Kennedy qui gracie la première Dinde en 1963.
Il faudra attendre GW Bush sénior en 1989 pour que ce rituel devienne officiel servant au passage les intérêts des politiques.

 

Bien grasse pour la grâce

 

Si ce geste peut paraître beau et donne un signe d’espoir à tous les Américains en ces périodes de retrouvailles en famille, il n’est qu’une vaste mascarade, un moment d’apparat dont les États-Unis sont  devenus spécialistes .

 

Il faut d’abord savoir que 2 dindes sont graciées (une représentante officielle et sa doublure on ne sait jamais...) choisies parmi des milliers d’autres par la fédération des éleveurs de dinde (quelle ironie) elles doivent répondre a plusieurs critères esthétiques, mais aussi comportementaux. En effet, elles doivent supporter le bruit, la foule et les expositions publiques.

Tout comme le salon de l’agriculture, c’est donc aussi le moment de mettre en lumière le patrimoine américain, la si petite Histoire américaine et la bonté de ce peuple et de son dirigeant.

 

Ces deux dindes feront alors la une pendant quelque temps, passeront plusieurs nuits dans des hôtels de luxe et finiront leur vie dans un sanctuaire créé à l’occasion dans l’université de Virginia Tech (ironie quand tu nous tiens).

 

En tant que véganes nous pouvons que nous réjouir pour ces deux élues, qui finissent leur vie dans un bel et grand enclos, mais en tant que véganes nous connaissons très bien l’industrie alimentaire et nous savons que ces animaux sont mutés génétiquement.
Elles ne vivent en général qu’un an ou deux, ne pouvant pas supporter leurs disgrâces génétiques.

 

Dissonance cognitive la voix de la libération


Petit rappel sur ce terme qu’on utilise très souvent quand on veut convaincre un ami omnivore ; en psychologie sociale, la dissonance cognitive est la tension interne propre au système de pensées, croyances, émotions et attitudes (cognitions) d'une personne lorsque plusieurs d'entre elles entrent en contradiction l'une avec l'autre. Le terme désigne également la tension qu'une personne ressent lorsqu'un comportement entre en contradiction avec ses idées ou croyances.

 

Il y a donc clairement un rapport entre le style de vie à l’américaine et ce petit rituel annuel qui pardonne tous les péchés 

Le peuple aurait-il besoin de cela pour mieux dormir la nuit ?

 

Ce pays s’est construit dans la violence et 400ans plus tard elle demeure toujours parfaitement ancrée dans leur culture (violence policière, fusillade…).


Il est ironique de penser que 45 millions de dindes sont tuées à cette occasion, que dans le même temps la peine de mort divise l’opinion, mais que tout le monde salut la grâce annuelle des dindes.

 

Conclusion


Pour résumer, on peut dire que cette grâce n’est pas gratuite ; elle permet un rendez-vous annuel joyeux animé par le président du moment, elle met en avant « l'artisanat national » et elle permet aux Américains d’expier leurs crimes.

 

Tiens parlons en d’ailleurs, quels crimes ont ils bien pu commettre pour mériter un tel courroux de notre part ?
Car il y a un terme que je n’ai jamais utilisé et qui a dû sauter aux yeux de beaucoup d’entre vous : de quoi sont-elles coupables ?


Pour qu’il y ait grâce il y a donc forcément condamnation et nous savons que nous condamnons d’avance tous les animaux que nous consommons.

 

Comment peut-on manger des milliers d’animaux si on ne les considère pas coupables ? A ton besoin de cela pour les décimer en toute tranquillité ? Si oui cela veut-il dire que nous sommes empathiques ? Et que nous ne serions capables d’aucune violence si on n’en trouvait aucune justification ?

 

De l’œuf ou de la poule d’Inde qui était là en premier : l’aveu de faiblesse ou le crime organisé ?

 

Agathe

 

Souces : lostintheusa, vanityfair 

Le hérisson une espèce en voie de disparition

La Voix Des Animaux